AbholzungDéboisement, dégradation et érosion des solsNuits blanches

Pendant les années 1970, Regula Ochsner, l’initiatrice du projet des fours solaires, travaille au Sud de Madagascar. Elle anime des projets de femmes pour une organisation Suisse de développement (ancêtre de la DDC). Quand elle visite Madagascar à nouveau en 1998, elle est choquée de constater à quel point la forêt a été décimée, et avec elle, la flore et faune uniques du pays. Elle comprend que les bases vitales naturelles du pays seront détruites dans peu de temps si la déforestation progresse au même rythme effréné.

Après quelques nuits blanches, elle se rend compte qu’elle ne peut pas se croiser les bras et se dit : « Il faut que quelque chose se passe !»

 

ZeltLes premières activités se réalisent sous une tenteLe projet des fours solaires prend forme

Comme la plupart du bois abattu est utilisé pour la cuisson, elle cherche des renseignements sur des méthodes de cuisson favorisant un usage plus rationnel des ressources. Après une recherche prolongée, elle fait la connaissance d’Eduard Probst, un menuisier retraité de Hölstein. Inspiré par des observations chez des bédouins du Sahara, il avait commencé à développer des fours solaires en 1983 et ses cuiseurs étaient désormais répandus dans plusieurs pays. Eduard Probst, par ailleurs fondateur de l’association « Förderverein für Solarkocher » (Association pour la promotion de fours solaires), était tout de suite enthousiasmé par l’idée de propager la cuisson solaire à Madagascar.

Eduard ProbstEduard Probst aide à monter un four solaire

En automne 2000, un premier container chargé de 500 de kits de fours solaires est expédié à Toliara. Le projet de fours solaires est né. Début 2001, des menuisiers malgaches commencent à assembler les premiers fours solaires sous une tente.

Le soutien du professeur Daniel Ramampiherika, enseignant-chercheur d’énergies renouvelables à l’Université de Toliara et président d’une association locale pour la protection de l’environnement, était d’une importance primordiale pour le succès du projet. Il avait, lui aussi, développé des prototypes de fours solaires mais faute de moyens financiers, il ne pouvait pas réaliser et propager ses idées.

KochdemoRegula Ochsner avec le professeur Daniel RamampiherikaLes fours solaires sont présentés pour la première fois au public dans les villages aux alentours de Toliara, où Regula Ochsner avait travaillée comme coopérante. Le principe de fonctionnement et les avantages sont convaincants : Presque chaque famille à Miary et Antakoaky achète un four solaire à crédit. Grâce à des reportages radiophoniques et télévisés, les nouvelles sur le projet de fours solaires se propagent rapidement.

Prochains événements